Les chats Snowshoes

Les chats Snowshoes
Petite Reine Cho-Chen

samedi 5 novembre 2016

les Snowshoes à la télé!!!

Teddy, sur le plateau de C au programme
Voici le lien pour regarder l'émission de France 2 "C au programme" du 4 novembre 2016, consacrée au chat de race Snowshoe... au moins du 5/11 au 11/11, je pense


http://www.france2.fr/emissions/c-est-au-programme/connaissez-vous-le-snowshoe_521485


Yves Lahiani, le vétérinaire de l'émission


lundi 10 octobre 2016

Snowshoes en lumière...

Ce matin, une équipe de France 2 est venue chez nous faire un petit sujet sur cette merveilleuse race des Snowshoes...
Entre les adultes hyper-collants et les chatons archi-craquants, ils n'ont pas du être déçus!!!
J'espère m'être faite la meilleure ambassadrice possible car cette race mérite vraiment d'être découverte par le grand public!
l'émission sera diffusée, sauf changement de la prod, le vendredi 4 novembre prochain, entre 10 et 11h dans l'émission de Sophie Davant "C au programme"
En attendant, Teddy, le papa de cette joyeuse troupe m'accompagnera sur le plateau de l'émission... Vu qu'il adore se montrer, cela devrait bien se passer!

Merlin pin pin...


Mon petit Merlin, né sous des auspices peu favorables a néanmoins survécu, et grâce à son petit caractère pugnace et volontaire, il a fait son bonhomme de chemin dans la vie, rattrapé son retard... Cet appétit de vivre lui a permis d'être encore là, sa fente palatine, heureusement légère s'est ressoudée d'elle même, à 1 mois, seul un sillon au palais témoignait de son existence... Ce fut un chaton heureux de vivre, très couvé par sa mère Vanda del Doge et protégé par sa "Mamie de coeur" Cho-Chen, toujours nostalgique de ses maternités révolues qui ont veillé conjointement sur Merlinou jusqu'à son départ chez Alain et Monique à la mi-septembre...
Merlin, roi du canapé!!!




 Merlin du Bois de la Chouette a, je l'espère du fond du cœur, comblé le vide immense laissé par sa grande sœur Jewel du Bois de la Chouette, partie trop tôt au paradis des chats...
Il règne désormais sur la maisonnée du Quercy, comme un petit prince choyé par ses deux humains totalement dévoués à son bien être!!!

mercredi 27 avril 2016

Snowshoes ou la Revanche contre le mauvais sort...

Après le printemps terrible essuyé par les éleveurs français de Snowshoes (grossesses nerveuses, mise bas catastrophiques et chatons emportés par le coryza en bas âge) j'ai longuement réfléchi pour savoir si je continuais cette année ou pas... Encore une fois, j'ai pu compter sur mon formidable véto qui m'a encouragé et surtout proposé un renforcement des défenses immunitaires de Vanda avant toute nouvelle portée... ce qui m'a décidée à tenter une nouvelle portée c'est la détermination même de Vanda, cumulant 5 chaleurs en 2 mois!!! ainsi faisant, inutile de dire qu'elle multipliait le risque de faire une métrite... Après avoir pris l'avis de plusieurs consœurs éleveuses, l'unanimité a dit "vas y, cette chatte veut désespérément avoir une portée, si tu le lui refuses, ça va mal finir"!!! La date de la saillie a du me porter chance, c'est aussi la naissance de mon 1er petit-fils! et lorsque nous avons fait la radio de contrôle pour voir le nombre de petits et les postures, "oups! y'a du monde la d'dans!!!" Mon véto en a compté 7... 
Il faut dire que Miss Vanda aurait pu être sponsorisée par un tonnelier tant la ressemblance avec une barrique à pattes était flagrante dans les dernières semaines de grossesse!!! La pauvre, avec la canicule de cet été s'affalait sous le lit, la truffe sur le ventilateur...
J'ai compté avec impatience les jours et en fin d'après midi du 3 septembre, le travail a commencé...
Je pense qu'elle avait en mémoire sa précédente catastrophique mise bas car elle a un brin paniqué et a fait les 2 premiers...dans la litière!!! J'ai du leur donner un bain tiède et couper moi même le cordon avant de les replacer à ses côtés, alors qu'elle avait d'elle même gagné sa cage nursury pour mettre au monde les 4 suivants... Elle a accepter les 2 petits nettoyés par mes soins sans sourciller...
Je travaillais ce soir là et je n'ai pas vu en rentrant au milieu de la nuit (ben oui, spectacle nocturne oblige...) si le compte y était mais le matin, mon premier regard a été pour la petite famille dont j'entendais les miaulements de bébés... Et je n'en vois que 6! horreur, surtout quand je vois que Vanda ne va pas bien!!!
Rien de tel qu'une petite urgence pour tester, justement, les services d'urgence!!! Et bien, dans mon coin de Touraine, les services d'urgence vétérinaires ne se sentent pas concernés par les urgences, un dimanche matin vers 8h!!! Mon véto solognot lui, a décroché alors qu'il n'était pas de garde, mais 2h de route, impensable pour une chatte en mise bas problématique... je me suis tournée vers notre véto d'établissement qui vit à 30km de chez nous et elle était prête à la prendre de suite pour une césarienne (elle était en travail depuis plus de 12h) quand Vanda a réussi a expulser un septième chaton hélas mort-né...
les 6 survivants vont par contre très bien, 4 filles, Moïra, Mélusine, Malicia et Morwen  et 2 garçons Maëglin et Myrddin..  Oui, comme vous pouvez voir, entre les légendes Arthuriennes, les X-men  et le seigneur des anneaux, j'avais de l'inspiration...


Merlin l'enchanteur...

Il y a des périodes dans la vie où quand les soucis professionnels ou privés vous occupent l'esprit, nos amis familiers en pâtissent d'une manière détournée, avez vous remarqué?
Cette année est très importante professionnellement, en charge de travail et en difficultés logistiques à surmonter, du coup, mon esprit est indisponible et mes chat le ressentent... Ma petite Vanda, que j'ai fait saillir le jour de Noël a d'abord fait une grossesse nerveuse... Mon mari a insisté pour que je retente le coup aux chaleurs suivantes, mais avec le recul, je ne suis pas convaincue que ce soit sa meilleure idée!!!
Quoi qu'il en soit, Vanda est bien tombée enceinte, tout s'est en apparence bien déroulé, le véto l'a vue et trouvée en bonne forme, et environ 10 jours avant la mise bas, une petite radio pour contrôler que les chatons sont biens positionnés... On en compte 3, dont un en siège, mais rien d’alarmant d’autant plus qu'il a le temps de se retourner...
Au jour J (soit d'après le calendrier du LOOF) le 14 avril, RIEN ne se passe... la chatte calme, se repose et moi, qui ai pris la journée pour surveiller l'affaire, je fait des trous dans le parquet de la chambre en tournant en rond...
Le lendemain matin, grosse journée car les 30 oiseaux du spectacle de Chambord partent avec mon mari, les aides fauconniers et toute la logistique qui va avec, bref, pas une seconde à moi... En fin de matinée, j'ai enfin le temps de monter voir comment va Vanda et là c'est le désastre..., je trouve un minuscule chaton momifié (ça arrive qu'un des chaton meure en cours de grossesse) un chaton mort né et déjà froid (une femelle de plus de 90gr!) un tout petit chaton mâle  de 88gr, très agité qui tente de rentrer dans le ventre de sa mère par où il est sorti (si, je vous assure, c'est très glauque!) et comme on en a vu 3 à la radio, j'attends le dernier qui arrive en siège : le tout aura duré à peine 10 minute, je masse la mère, j'aide le chaton à sortir, je le vois prendre une grande inspiration et il rend l'âme! Une autre petite femelle de 100gr...
Vanda va le lècher quelques secondes et se rendant compte qu'il est mort aussi, s'en désintéresse...
Et c'est avec ce petit air triste qu'elle va se pelotonner autour du petit Merlin,  (pourquoi "Merlin"? ben, fallait qu'il ait des supers pouvoirs pour survivre à un tel désastre!!! :( )dont les malheurs ne sont pas terminés, car il faudra 48h pour qu'il parvienne à téter... J'ai cru un instant qu'il avait un bec de lièvre, tant il était incapable te prendre les tétine pourtant très développées de sa mère dont le corps a fabriqué du lait pour 4 chatons... je l'ai surveillée de près, craignant qu'elle ne fasse une mastite, de fait, elle n'a quasiment pas mangé durant 4 jours, je pense pour éviter de produire d'avantage de lait... Une amie de passage a réussi à brancher Merlin correctement et au bout de 2 jours, il a commencé à téter régulièrement... Sa courbe de poids n'était pas géniale mais ce matin, à 10 jours, il est doté d'une voix de stentor et affiche fièrement 171gr sur la balance...

J'aime bien cette photo où on aperçoit une patte de chaton les doigts en éventail et juste la pointe d'une oreille, c'est la béatitude post-tétée faite féline!!!
Vanda est très attentive à lui, dès qu'il émet le moindre son, elle se précipite... Les nuits de cette semaines ont été fraîches et elle a jugé que le petit risquait d'avoir froid, dans la cage de mise bas, pourtant juste à côté du radiateur et bien enturbannée pour protéger des courants d'air... elle me l'a donc subrepticement introduit sous la couette, dans la nuit, je me suis réveillée en sentant des griffures dans mon dos (les chatons ne savent pas rétracter leurs griffes) et quand j'ai réalisé ce qui se passait, je n'ai plus osé bouger de la nuit, de peur de l'écraser en me retournant!!! et même topos chaque nuit... j'ai donc jeté l'éponge et replié la cage de mise bas, installé le couffin directement dans mon lit, tout comme pour Cho-Chen, qui en son temps, ne concevait pas d'élever ses chatons ailleurs que dans mon lit!
Petit Merlin du Bois de la Chouette ira vivre, quand l'heure sera venue, chez Alain et Monique, honorant la promesse que je leur ai faite il y a deux ans quand ils ont perdu leur magnifique petite Jewel du Bois de la Chouette...
D'après ce que je devine des couleurs qui apparaissent, il sera seal point mitted (un gant et une socquette!!!) avec un très joli masque qui semble être bien régulier...

La sœur de Vanda, Valé del Doge, vient de donner le jour après quelques péripéties et une césarienne à 3 magnifiques chatons à la Chatterie du Rêve Occitan, dans le Gers, ils sont cousins de Merlin à plus d'un titre car sur cette portée, le papa n'est autre que notre bel Hooligan du Bois de la chouette, fils de Frostisox Alpha Teddy Bear, le papa de Merlin... (CF les nombreux épisodes truculents des aventures du "Journal de Bord d'Hooligan" relatés dans ce blog... J'attends avec impatience l'épisode suivant de la plume de Cécile!!!

video

vendredi 11 mars 2016

1 an après...

Nous avions signé le 11 mars 2015 pour cette nouvelle maison... Un an après nous sommes "à peu près" installés!
Pfffff! j'ai plus que du retard pour mettre à jour mon blog, mais 2015-2016 a vraiment été une année de dingue... Chacun sait qu'un déménagement, ce n'est pas du gâteau... Mais déménager une maison + 5 chiens + 6 chats + un poulailler complet dont une quinzaine de paons + 1 mule + 3 brebis + 1 perroquet capricieux + 70 rapaces +les infrastructures, oui, là, vous commencez à avoir une petite idée du titanesque chantier... 5 mois pour vider la maison (dont la compta d'une entreprise de 20 ans) et 7 pour démonter et transporter les volières que nous avion choisi de conserver et 30m3  transportés à la déchetterie!!!
Comment les animaux vivent un tel chambardement? Surprenament, ce ne sont pas les chats qui ont
le plus peiné à adopter leur nouvelle maison... Ils ont gagné au change, avec une chatterie extérieure, pour les 4 chats de la maison, plus spacieuse et donnant sur un parterre de fleurs, pour éviter les accidents, on leur a octroyé la pièce du milieu,, soit le salon, avec ses confortables canapés et fauteuils (contre la salle à manger dans notre précédente maison), ce salon a deux grande baies vitrées de part et d'autre qui laissent rentrer le soleil, les chats ont adoré!
Quand aux mâles pisseurs patentés tenus de vivre en chatterie, là encore, ils ont infiniment gagné au change, passant de modestes dimensions à un espace de 25m partagé en 3 chatteries, chacune munie d'un chalet chauffé de 1m80 sur 1m60 sur 2m de haut et d'une grande cour individuelle... Le tout dans le jardin d'agrément, coté sud est de la maison, en face du salon d'où on les voit, d'où ils nous voient également!!! on peut leur parler de la maison, ils nous entendent et miaulent pour nous répondre...
Pourtant, un de nos chats européens nous a quitté quelques semaines après avoir intégré ce paradis félin, d'un cancer intestinal...
Notre pauvre Domino n'aura guère profité de ce changement!
Nos chiens les plus âgés ont adoré le changement, avec un chenil de maison aménagé sous l'escalier, j'avais vu ce concept chez des amis et retenu l'idée, un grand plancher en caillebottis, puis une grande plaque de pelouse synthétique pour les isoler du carrelage, et enfin, des coussins bien moelleux pour se rouler en boule dessus!!! Le tout calés le long de la tuyauterie d'eau chaude... royal... Sauf pour ma jeune épagneul qui nous a fait un coup de calgon en ne supportant plus ses copines d'antan... Il faut donc la séparer en permanence des autres chiennes et les chats ont senti ce changement de caractère car là où Harry et Jonas venaient volontiers s'installer avec elles, ils passent dorénavant au large de son panier et les filles Cho-Chen et Vanda, refusent de passer devant elle, je dois donc les porter dans les bras jusqu'à l'escalier, elles en ont une peur bleue...
Nouvelles installations sans coronavirus, un hygiène rigoureux nous ont permis de tourner la page et sur les conseils de mon vétérinaire, j'ai laissé passer quelques mois pour que les chats soient bien stabilisés dans leur nouvel habitat avant d'envisager de refaire une portée Il fallait que Vanda soit négative au test des coronavirus, bien sûr, et encore mieux, que les compagnons de vie quotidienne le soient aussi...
le 13 novembre dernier est une date tragique dans notre histoire nationale, mais très égoïstement, je dois dire qu'à titre personnel, ce fut un jour fantastique car j'ai reçu les résultats tous négatifs aux coronavirus pour mes Snowshoes...
Ce printemps 2016 devrait voir la naissance de petits diables blancs, si tout va bien! affaire à suivre...

vendredi 13 novembre 2015

vendredi 13, jour faste!

Vendredi 13 novembre 2015 = Aujourd’hui est un jour spécial pour la chatterie des Snowshoes du Bois de la Chouette, car je viens de recevoir les résultats des tests PCR effectués sur l’ensemble de mes chats et ils sont tous revenus NEGATIFS !!! Pour ceux d’entre vous qui liront ce post, vous devez vous souvenir du drame qui nous a frappé en février 2015 avec la disparition de deux magnifiques chatons Jewel et Jalna du Bois de la chouette, de la terrible mutation de coronavirus, les condamnant à mourir de la PIF.
J’ai failli tout arrêter devant l’horreur de la situation, le chagrin des propriétaires, voir leur colère, mais j’ai eu la chance d’être solidement épaulée par mon véto, qui m’a trouvé des tonnes d’informations scientifiques sur cette maladie, et m’a conseillé judicieusement dans mon protocole sanitaire mais j’ai aussi été soutenue chaleureusement par des consœurs éleveuses, et j’ai décidé de combattre cette saloperie de coronavirus…
Aujourd’hui, je fais la preuve qu’il est POSSIBLE de vaincre les coronavirus, sans médicaments, même dans une chatterie où 6 chats cohabitent, plus 2 en chatterie individuelle isolée, en faisant preuve de bon sens, de soin et surtout de rigueur.
Je voudrais que mon expérience serve à tout ceux qui ont ou vont traverser cette épreuve de perdre des amours de chats de la PIF= La transmission est oro-fécale, (salive + crottes) j’ai bien compris que ce serait compliqué d’empêcher les chats de se lécher mutuellement, surtout des Snowshoes !, mais j’ai vu que je pouvais agir sur les litières, j’ai donc jeté les plus vieux bacs à litières en plastique et renouvelé pour des modèles facile à nettoyer, j’ai commencé par tous les désinfecter avec du Saniterpen antifongique et anti bactérien (beaucoup plus puissant et large spectre que la javel) que j’ai mis à tremper non seulement la partie basse mais aussi les couvercles des litières ainsi que les pelles. J’ai utilisé une litière absorbante et agglomérante végétale qui ne colle pas aux pattes des chats (Oköbest et Tranquille végétale, animalerie et supermarché) et j’ai commencé à nettoyer scrupuleusement tous les bacs 2 à 3 fois par jour (matin et soir + quand je voyais un chat faire une crotte) et je recommençais l’opération de désinfection tous les 5 jours environ, ceci pour éviter que les chats se contaminent mutuellement dans les litières. (pour info,  il y a 12 bacs à litières dans mon élevage…) et j’ai entrepris de faire tester les crottes des chats à intervalle régulier (environ tous les deux mois) Pour que le test soit plus fiable, j’isole chacun des chats 24h dans une pièce avec 1 litière qui a été changée et désinfectée, je collecte les crottes dans un récipient stérile fourni par le véto, avec des gants jetables, pour éviter toute contamination de transfert)
Au fur et à mesure que les tests revenaient, il y avait de moins en moins de chats positifs dans ma maison, et mon véto qui avait demandé à ce que le laboratoire IDDEX lui fournisse les taux de contamination me confirmait que pour les chats encore positifs, les taux s’effondraient régulièrement. Aujourd’hui, mes efforts et sacrifices financiers (coût du test par chat : 50€+ le transport 13€ X 5 chats Snowshoes (mes chats européens sont morts entretemps de vieillesse), car je les teste tous chaque fois, soit + de 250€…tous les deux mois…)
Je vais continuer à tester régulièrement mes chats, notamment les reproducteurs avant de démarrer une porter, et bien sûr, les chatons qui naitront… Je ne baisserai jamais ma garde…
 
Donc, aujourd’hui, je dois remercier du fond du cœur mon vétérinaire, Dr Fréderic Pierre,  mes consœurs éleveuses de Snowshoes dont l’amitié et la confiance m’ont permis de continuer à croire en mon élevage : Cathy Webb, éleveuse australienne qui a défendu ma cause sur le net, Kelly Cruse (une grande dame dont le courage est source d’inspiration, éleveuse de Snowshoes qui a œuvré pour cette race) Kate Bailey (éleveuse de mon mâle) Josée Briers, éleveuse Belge qui dès le départ de la campagne de diffamation, m’a assuré de son soutien, mes amies Lucile et Cécile, qui ont chez eux un chat né chez moi, Anne Marie qui m’a tant épaulé par ses précieuses infos, Ivan et Véro qui démarrent leur élevage avec la même souche, Pierre, de Suisse, qui veille avec soin sur le gentil Jacob, frère des deux chatons décédés, Laetitia Humez, jeune éleveuse en devenir qui traverse actuellement l’enfer de perdre un snowshoe de la PIF, puis Alain et Monique, dont j’ai partagé le chagrin à la mort de Jewel, qui m’ont assuré de leur confiance tout au long de cette terrible année et pour finir Max Bouche, chef d’orchestre de campagne de diffamation sur le net, à qui j’ai commis l’erreur de lui vendre ma belle Jalna, car son irresponsabilité à amené la mutation fatale chez ce chaton magnifique…
Ce bon vieux Max, qui par sa haine et son acharnement à me nuire et à salir mon nom à l’échelle planétaire n’a fait que renforcer ma détermination à relever la tête ! Je lui dédie ma devise de Nietzsche " ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort"

jeudi 26 février 2015

Journal de bord d'Hooligan, Chapitre XI


Bonjour mes très chers et très aimés amis!

Enfin des nouvelles, mais contrairement à ce que l'on dit, "loin des yeux, loin du cœur" n'a pas cours ici, car Maman et moi, on pense à vous tout le temps!

Moi, je suis en pleine forme, la vie s'écoule tranquillement, au cœur de l'hiver: ballades dans le jardin, au gré de la pluie, de la neige, mais on a aussi comme aujourd'hui des belles journées ensoleillées, et je me suis prélassé sur la terrasse pendant que Maman s'occupait du jardin: c'est bon de regarder les autres travailler!

Mais je ne suis pas inactif, vous pensez bien: cet après midi ,j'ai escaladé un arbre, juste pour le plaisir,....et par curiosité, histoire d'aller "arroser" la terrasse du voisin! et pour le retour, j'ai réussi à escalader la tourelle de notre maison; c'était " chaud", mais j'ai réussi!
Sinon, j'adore épier l'arrivée des moineaux, mésanges, et du rouge-gorge sur la terrasse, quand ils viennent picorer les graines que Maman leur prépare tous les jours; elle râle un peu, sauf pour les pigeons; mais eux, je les évite: courageux, mais pas fou, quand même!

Ce que j'adore aussi, c'est me rouler dans la terre, comme le fait Petitou,un de mes copains : alors là, je me régale!!! Bon , après, lavage oblige! sur mon beau poil blanc!ça me prend un temps!

Alors après , vive la sieste, soit dans mon dodo, soit près du radiateur, soit au coin de la cheminée...c'est vrai qu'on a le choix, alors!

Mais ce qui ne change jamais, et que Maman aime autant que moi, c'est quand elle me prend dans ses bras, le soir, pour aller dormir: d'abord j'ai droit à mon stick au saumon ( c'est plein d'oméga 3! )parce que j'ai été très sage ( enfin, parce que tu n'as pas fait trop de bêtises, mon cœur)  et ensuite je me faufile dans le petit creux, tout chaud, tout douillet, tout contre Maman: alors là, c'est un endroit magique: je me mets en boule, puis toujours en ronronnant, je m'étire, je m'étire le plus possible, tout le long de son corps: comme si,elle et moi, on ne faisait plus qu'un......puis je m'arrange pour poser ma petite tête sur son bras ( je sens qu'elle a un peu de mal à tourner les pages de son livre, mais elle y arrive, quand même, elle ne voudrait pas que je me réveille ! ) et pour l'immobiliser tout à fait, je pose ma patte avant aussi sur son bras... et là, je vous l'avoue, c'est un pur moment de bonheur; à tel point que, le lendemain, on se retrouve tous les deux dans la même position, quand bien même, j'ai dû me lever, pour un petit pipi, ou une petite fringale! 

Alors Maman me sourit, me câline et me dit des mots tous tendres, que je comprends bien, vous savez!

Je sais que tu sais, mon ange, et que Dieu fasse que ces merveilleux moments durent une éternité.

Maman sourit beaucoup, tout le temps, mais l'autre jour, j'ai vu un drôle de truc: elle lisait à l'ordinateur, et puis tout à coup, comme quand elle ouvre le robinet pour faire la vaisselle, l'eau s"est mise à couler, mais à couler....ça ne s'arrêtait plus.... mais c'était l'eau de ses yeux, qui coulait.....Alors , elle m'a parlé de mes petites sœurs, mes trop belles petites sœurs,  Jewel et Jalna, deux petits anges, deux petites merveilles,  qui sont aujourd'hui au paradis....ce qui l'a le plus bouleversée en regardant la vidéo et les photos de Max et de Jalna, c'est leurs regards, à tous les deux: On ne peut parler de l'amour, d'un amour aussi intense, aussi bien qu'au travers de ces regards échangés, emplis du bonheur et du désir de l'autre; un amour aussi intense, aussi profond, aussi fort, de l'amour à l'état pur, beau comme un diamant, le don de soi pour l'autre. 

Je crois que les yeux de Maman coulent encore, quand elle est seule.....

Et depuis ce jour, elle me serre encore plus fort dans ses bras, elle m'embrasse encore plus fort, comme si c'était encore possible; elle sait la chance et le bonheur qu'elle a aujourd'hui de m'avoir à ses côtés, et tout ça est vrai pour moi aussi.
 
Miaou d'amour! 
 
Hooligan.
 
Chère Brigitte, je n'ose imaginer ton chagrin, et si mes pensées pouvaient soulager celui  des parents de Jewel et de Jalna, ce serait pour moi comme un nuage de consolation.

Je vous embrasse très affectueusement. 
Cécile

Petits anges...


Jewel embrassant sa sœur Jalna sous le regard de Jonas
Il y a des périodes de vie où l'on se demande quelle mauvaise action est en train de vous revenir en pleine figure et où le train semble dérailler avec aisance, beaucoup trop d'aisance...
Le décès de Jewel avait frappé ses maitres Alain et Monique droit au cœur, mais avait fait des dommages collatéraux car j'ai ressenti cette perte comme un coup de poignard et vécu mon impuissance à les aider comme un échec...
Jalna à Noël
Pour autant, nous n'étions pas au bout de nos peines car deux semaines après, Jalna tombait malade à son tour, avec par contre, les symptômes d'une PIF humide dès le départ et nous quittait 3 jours plus tard, âgée de 6 mois seulement..
En retournant le problème dans tous les sens avec l'aide de mon vétérinaire (à qui je tire mon chapeau bien bas en reconnaissance de son soutien sans faille à mon moral en pleine spéléologie, mais aussi pour toutes les recherches qu'il a effectué sur son temps libre -pas gras, le temps libre vu les horaires qu'il a à la clinique!- pour trouver un moyen de contrôler les coronavirus à l'origine de la PIF)
J'ai bien sur, observé avec le détachement maximum possible, chacun de mes chats, dressant une liste des éventuels soucis de santé qu'ils auraient pu avoir et pouvant avoir un lien avec des coronavirus, depuis leur arrivée chez moi par voie d'importation ou de naissance... Le souci est que justement, il n'y en a pas et que tous les Snowshoes qui vivent à la maison en famille sont en pleine forme !
Jonas les yeux verts du lutin
Par principe, j'ai écarté ceux de mes chats qui vivent isolés (car soit reproducteur comme Teddy, âgés ou peu sociables) ne partagent rien avec les autres, ni léchouilles, ni gamelles ni litières et je me lave les mains après les avoir soignés (réflex professionnel) Il reste donc, qui partagent câlins, léchouilles, coussins et litières : Cho-Chen, (que j'avais fait tester aux coronavirus par curiosité il y a quelques temps et qui était négative), son fils Harry, Vanda et le petit "leprechaun" Jonas (aux yeux verts) que mon mari a souhaité garder.
Vanda est arrivée d'Italie en octobre 2013 et a déclaré dans la foulée un coryza, de forme atténuée, car ayant été vaccinée. La méthode de vaccination italienne est différente du protocole français et en effectuant la primo-vaccination à 2 mois suivie du rappel 15 jours après, (et non 1 mois après comme en France) il y a un risque que le chaton, encore sous la protection des anticorps maternels ne prenne pas totalement le vaccin... Ceci ajouté à l'air conditionné de l'avion, cela n'a pas loupé! Nous l’avions fort heureusement installée dans la chatterie de quarantaine, chauffée à bloc! A l'issue de 10 jours de quarantaine et quelques antibiotiques plus tard, elle était guérie, Mon veto a préféré la revacciner pour renforcer son immunité (et là, elle s'avère allergique à l'un des composants du vaccin = œdème de Quinck, en urgence, sous cortisone!)
Ma jolie Vanda del Doge
Mais pourtant, si le coryza, ni l’œdème de Quinck n'ont rien a voir avec les coronavirus, par contre, si elle était porteuse, même faiblement, de coronavirus via sa mère, le stress causé par son coryza + son épisode allergique ont pu déclencher une montée du taux de ces coronavirus, la rendant plus contagieuse aux autres chats de la maisonnée...

Mais là encore, entre 75 et 85% des chats sont naturellement porteurs de coronavirus, pendant certaines périodes, voir toute leur vie, sans pour cela nécessairement déclencher la terrible mutation en PIF!!!
La plus part meurent de vieillesse ou de cancer...
La transmission est de type "oro-fécale", cela veut dire que cela se transmet par les fèces (crottes) dans les litières communes et par le léchage. Empêcher des Snowshoes de se lécher mutuellement est une utopie, à moins de les isoler les uns des autres...
Il faut un facteur déclencheur pour allumer la mèche de la mutation et dans 90% des cas, ce facteur est le stress.
C'est une des raisons pour laquelle les chatons sont les plus touchés par
Jewel  en pleine séance câlin
la mutation d'un coronavirus, car la séparation du foyer où ils sont nés, même en arrivant chez des maîtres aimants et calmes comme Alain et Monique peut s'avérer fatale sur un sujet sensible et sans doute Jewel l'était plus que sa sœur car elle a déclaré la forme sèche de la maladie (troubles psychomoteurs, atteinte nerveuse et oculaire, fièvre) à 4 semaines de la séparation avec sa mère.
Jalna visite Paris !
Quand à Jalna, qui déclare sa forme humide de PIF (épanchement abdominal, vomissement et fièvre) au terme de 7 semaines de sa séparation du foyer maternel, mon sentiment est qu'elle n'aurait jamais déclaré la mutation virale fatale si  les choix de la vie imposée par son maître avaient été plus raisonnables. La multiplication des situations de stress imposées au chaton de 5 mois ont certainement pesé très lourd dans sa capacité à y résister... Mais ce n'est peut-être qu'une intuition erronée? Va savoir!
Pourtant, la présence de coronavirus n'est pas nécessairement une fatalité car en effet, et souvent, les chats excrètent les coronavirus et s'en débarrassent... Ils peuvent par contre en rattraper si à un moment où leur système est immunodéprimé (sous l’effet d'un stress, ou d'une maladie bénigne) ils sont en contact avec soit un autre chat porteur ou, si leur maître rapporte sur ses mains les particules salivaires collectées en caressant un autre chat extérieur à la maison (surtout quand votre chat est seul occupant des lieux, et où son système n'a pas l'occasion de se confronter régulièrement aux coronavirus)...
C'est l'une des raison pour lesquelles, en expo féline, je ne laisse jamais les chats être caressés par le public, et quand je laisse un maître potentiel le faire, c'est uniquement après s'être désinfecté les mains au gel hydro-alcoolique...
Mes chatteries sont conçues pour que les chats ne puissent pas être caressées par un visiteur de passage, ni léché par un chat divaguant (plutôt rare en Sologne du fait de la haine de certains chasseurs ne supportant pas la concurrence de prédateurs tels le chat, qui n'hésitent pas, en dépit de la loi, à les supprimer purement et simplement!) sans compter qu'en stage de fauconnerie, je parque soigneusement mes chats hors de portée des serres de mes oiseaux de proie et des mains de mes stagiaires!!! (cela semble évident, non?)  Voilà qui supprime donc toute "importation" involontaire de coronavirus par ce biais comme l'a perfidement suggéré le maître de Jalna...
Quoi qu'il en soit, quand une catastrophe arrive, j'aime bien comprendre "pourquoi" et "comment"! Mon vétérinaire a donc prévu avec l'aide du laboratoire IDDEX de tester au moins Vanda (en fait, je les fais tous tester) une fois par mois, sur un délai de 6 mois pour voir l'évolution des coronavirus qu'elle  pourrait éventuellement porter.
Si le taux est constant et relativement élevé, la décision sera sans appel, elle sera stérilisée et mise à l'écart de ceux non porteurs de ma famille snowshoe.
Vanda, ma beauté!
Si le taux est fluctuant, cela veut dire qu'elle pourrait, à terme, se débarrasser des coronavirus et devenir apte à élever de nouveaux chatons. Il suffirait de cibler la période où elle en est débarrassée pour l'isoler des autres porteurs éventuels, elle ne se re-contaminerait pas toute seule!
Si par chance elle n'est pas porteuse, peut-être qu'un jour, je recommencerai l'élevage avec cette magnifique demoiselle...
Il faudra qu'elle soit testée aux coronavirus avant la fécondation et qu'elle demeure isolée des autres chats pour non seulement la gestation, mais aussi l'élevage des chatons jusqu'à leur départ... Triste vie pour le sociable Snowshoe... Mais indispensable pour que ce drame ne se reproduise pas!
J'ai vraiment eu envie de tout arrêter, mais les nombreux messages de soutien et d'encouragement de mes consœurs éleveuses de par le monde, via le réseau Facebook ou par mail et téléphone m'ont redonné l'espoir qu'un jour, je continuerai. Peut être pas avec Vanda, mais avec une autre femelle que je ferai tester avant de l'incorporer à ma maisonnée, (ce que je n'ai pas fait pour Vanda, tellement heureuse de la chance d'avoir pu acquérir une aussi belle Snowshoe! Surtout après le drame qui avait conduit à la stérilisation en urgence de Cho-Chen, la fondatrice de mon élevage...) ou que je maintiendrai isolée de cette maisonnée si mes chats étaient porteurs permanents...

mercredi 28 janvier 2015

Jewel, destin brisé...

Petite Jewel nous a quitté au terme de 10 jours de douleur pour elle et pour ses maîtres Alain et Monique. (CF page facebook Jewel du bois de la chouette) Les résultats de prélèvements histologiques réalisés post mortem donneront peut être la clé de ce qui lui est arrivé. La 1ère hypothèse avancée est celle d'une PIF (péritonite infectieuse féline, n'ayant rien à voir avec le péritoine si ce n'est d'être à la base, un coronavirus intestinal)...
Pour tous les amoureux des chats, et les éleveurs inclus, vous devez savoir que la PIF peut frapper sans prévenir, même si vous êtes un maître consciencieux et prudent, et propre dans vos installations... Comme 75% des chats sains par ailleurs, sont porteurs de coronavirus intestinaux, qui, dans la grande majorité des cas, demeurent fort heureusement bénins durant la vie entière du chat, mais parfois, et généralement suite à un stress, l'un de ces coronavirus mute en quelque chose de terrifiant et mortel comme la PIF...
La plus part des gens (et j'en faisais partie jusqu'à ce que la pauvre petite Jewel subisse cette mutation mortelle) considèrent que la PIF s’attrape quand vous laissez votre chat en bonne santé, divaguer à son gré dehors et rentrer en contact avec un chat arret (semi sauvage) infecté car la contagion se fait via le sang, la salive et le sperme (un sida, quoi!) ... C'est pourquoi j'ai gardé tous mes chats à l'abri, à la maison, n'étant autorisés à sortir dans dans l'enclos sécurisé des chatteries attenantes à la maison.. Et cela s'est avéré sage car je n'ai jamais eu de chat malade de la PIF depuis que j'ai démarré mon élevage en 2007.
Ils sont d'ailleurs très rarement malades à part une indigestion occasionnelle de pâtée pour chat et un décès suite à un cancer de ma Shadow, une européenne écaille de tortue... Suivis régulièrement par mon véto, vaccinés et déparasités en temps et en heure, ils sont tous en pleine forme...
Je suis atterrée de ce qui est arrivé à Jewel ainsi qu'à Alain et Monique, ses maîtres infortunés, d'autant plus qu'ils se sont montrés prudents, sérieux, s'assurant que jamais la petite ne s'échappe dehors, ne soit pas caressée par n'importe qui, à part eux mêmes, ne mange pas de nourriture inadaptée, et soit gardée en sécurité et au chaud à la maison. Elle était entourée d'amour, de soins et d'une vie confortable. Alors quand dans d'autres cas, le stress est imposé au chat par les choix de vie de ses maîtres et qu'il serait compréhensible que cela déclenche une mutation de coronavirus, mais ce n'était pas le cas de Jewel...
Je vais continuer d'être sérieuse, précautionneuse et propre dans mon élevage et dans les soins quotidiens de mes chats, Je vais continuer de les protéger des contacts avec d'autres chats, autant sur les expos qu'à la maison, et je vais continuer d'être attentive à l'alimentation de mes chats car la nourriture des humains peut se révéler être un poison pour les chats...
Je ne souhaite à personne de connaitre le chagrin de voir son chaton adoré couler à pic dans la spirale mortelle de la PIF, je ne souhaite à personne le cœur brisé d'Alain et de Monique, et je ne souhaite à personne le sentiment d'impuissance qui m'a terrassé durant cette épreuve de n'avoir pas pu ni su empêcher ce drame d'arriver...
Dors au pays des anges, petit Joyau! tu manques à beaucoup de cœurs!